Qu'entend-on par « risque systémique> et pourquoi ce risque est-il d'une grave portée pour l'équilibre économique ?

Aller en bas

Qu'entend-on par « risque systémique> et pourquoi ce risque est-il d'une grave portée pour l'équilibre économique ?

Message par CHAUDORGE GREGORY le Lun 26 Jan - 18:38

Les banques, en tant qu'entreprises, sont soumises aux risques. Toutefois, elles sont exposées à beaucoup plus de formes de risques et la maîtrise de ceux-ci devient un défi important à relever. Le risque systémique est un risque qui peut mettre en danger la survie du système financier. Des mesures ont été prises pour éviter que ce risque ne ce produise à l’avenir. L'actualité nous a montré la fragilité de nos systèmes économiques et financiers. A l'heure ou nous venons de connaître une période de crise illiquidités l'inquiétude plane autour de tous les banquiers centraux de la planète. Le risque systémique est un événement grave qui affecte un établissement de crédit et qui peut en fonction de sa taille provoquer des réactions en chaine qui risquent de déclencher une crise du système.


I) La prévention du risque systémique :

Ont peut ainsi dire que la faillite de Lehman Brothers en 2008 était un risque systémique car, dans la foulée, elle a entraîné une grave crise de liquidité qui a failli précipiter le système financier mondial à sa perte. Ainsi les autorités financières Britanniques ont-elles décidé de se porter aux secours de Northern Rock qui n'est pas une grande banque mais elles ont estimé en voyant se former la queue du public aux guichets que potentiellement un risque systémique pouvait intervenir. La banque qui, par illiquidité, ne peut plus honorer ses engagements, induirait des effets néfastes en chaînes sur les confrères, au travers des marchés et au travers de systèmes de règlement – livraison. C'est le cauchemar de banquier et de ses confrères qui ne sont pas à l'abri de la contagion. L'état devrait se substituer à la banque avec toutes les conséquences que cela pourrait engendrer.

a) Les mécanismes qui favorisent les crises systémique :
Le crédit interbancaire et aux entreprises, sans crédit interbancaire les banques ne prêtent plus ou peu, les entreprises ne peuvent plus investir, les salariés ne peuvent plus acheter, il y a une crise de confiance
Les taux d’intérêts, avec notamment la baisse des taux à long terme, avec des possibilités de refinancement avec des taux plus bas. (volatilité des taux)
Le risque de marché, reflète la probabilité que la volatilité des prix, des actifs spécifiques affecte la valeur nette des banques.

II) Les dispositifs pour prévenir le risque systémique :

Les nouvelles normes Bâle III prévoient le durcissement des ratios de solvabilité et la mise en place de ratios de liquidité.

Ratio de SOLVABILITÉ : les ratios de solvabilité rapportent les capitaux propres à la somme des risques pondérés enregistrés au bilan. Il s’agit en gros de s’assurer que la banque est capable de faire face à une baisse de valeur de ses actifs ou à des demandes de retrait de fonds de la part de ses clients. Le ratio le plus regardé actuellement est le core tier one (qui ne compte que les fonds propres au sens strict) avec un taux visé de 9 %.

Ratio de LIQUIDITÉ : les ratios de liquidité assurent du refinancement des banques. Il existera deux ratios : le LCR pour le court terme (capacité d’affronter une crise de refinancement à un mois grâce à un coussin de liquidités) et le NSFR pour le moyen terme (le besoin de refinancement à un an doit être inférieur aux ressources).

Ratio de LEVIER : Ce ratio représente le rapport entre les capitaux des banques et l'ensemble de leurs actifs, sans prise en compte du risque, et s'ajoute aux règles pondérées du risque. Il a été fixé à 3%, ce qui signifie qu'à partir de 2018, chaque banque devrait détenir des capitaux représentant 3% de l'ensemble de ses actifs.

Les fonds de garantie sont appelés à entrer en jeu sur demande de l’ACPR, chaque fois qu’un établissement de crédit n’est plus en mesure d’honorer la restitution des fonds ou des titres déposés, ou encore l’engagement de caution délivré dans l’intérêt d’un client. Les fonds de garantie sont alimentés par une cotisation des établissements concernés. Il existe aujourd’hui trois fonds :

• Le Fonds de garantie des dépôts garantit ces comptes à hauteur de 100 000 euros par déposant et par établissement bancaire adhérent.

• Le mécanisme de garantie des titres, qui indemnise les investisseurs (70 000 euros max) en cas d’indisponibilité de leurs instruments financiers et des opérations en espèces qui leur sont liées.

• Le mécanisme de garantie des cautions, qui honore les engagements pris par les établissements défaillants, dès lors que ces engagements sont exigés par un texte législatif ou réglementaire.


L’organisation de stress tests dans le cadre Européen avec le MSU depuis Novembre 2014.

Un test de résistance bancaire, ou « stress test », est un exercice consistant à simuler des conditions économiques et financières extrêmes mais plausibles afin d’en étudier les conséquences sur les banques et de mesurer leur capacité de résistance à de telles situations. Ces tests sont menés par les banques centrales.

Le plan de continuité d'activité (PCA), fait partie du 2eme pilier de Bâle II qui cherche l'amélioration du processus de surveillance interne. Son objectif est d'assurer la continuité de l'activité et ainsi rassurer les déposants pour atténuer les risques de panique.

Se couvrir et se protéger du risque d'illiquidité en cas de bank-run, les banques sont aussi confrontés au risque de liquidité lorsque les épargnants retirent plus d'argent qu'il y a de dépôts, notamment si elles utilisent les dépôts à court terme pour financer les prêts à long terme. D'ou les préavis de 32 jours pour les CAT.


En anticipant les risques, en prévoyant des mesures adaptées et évolutives (TLAC Total loss absorbing capacity mettre de nouveaux capitaux en réserve, en 2019 aux 30 plus grandes banques) afin de faire face à un éventuels risque systémique, le PCA s'inscrit dans une réelle volonté des banques d'instaurer un management des risques. Les dispositifs de prévention du risque systémique son loin d'être parfait. Même si les filets de sécurité mis en place par les gouvernements permettent d'endiguer les risques systémique, ils comportent des inconvénients. Ils créent en effet ce que l'on appelle un risque moral. Se sachant couvert, les entreprises peuvent avoir tendance à prendre des risques plus importants donc hausse du risque systémique.

CHAUDORGE GREGORY
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum