question 49

Aller en bas

question 49

Message par Sandra GHERBI BAHIA le Sam 31 Jan - 14:47

Question 49: Quels sont les facteurs déterminants de l’épargne à court terme ainsi qu’à long terme?
Objet
introduction
l’épargne est la fraction des revenus d’un agent économique qui n’est pas consacrée à une consommation immédiate. Elle peut-être le fait des ménages (épargne financière), des administrations (partie des dépenses d’investissement non financées par l’emprunt) ou des entreprises (autofinancement).
Selon sa destination, les effets économiques de l’épargne diffèrent radicalement. Traditionnellement, on opposait l’épargne liquide (dépôts sur livrets), disponible très rapidement ce type d’épargne convient surtout à une consommation différée ou à une épargne de précaution; à l’épargne longueur d’oriente soit vers des investissements immobiliers soit vers des placements financier.
Mais quels sont les facteurs déterminants de l’épargne? Nous répondrons à cette question en détaillant dans un premier temps les facteurs déterminants de l’épargne à court terme puis les facteurs déterminants de l’épargne à long terme.

1/ Les facteurs déterminants de l’épargne à court terme:

-   A/ Le revenus réel disponible:
Variable la plus significative pour la plupart des analystes, inspirés par la théorie keynésienne.
Dans les pays développés, le ralentissement du rythme de progression du revenu s’est accompagné un peu partout de la baisse du taux d’épargne, tendance souvent masquée par une montée de l’épargne de précaution devant l’incertitude des perspectives économiques.

B/ L’inflation ou la désinflation:
Elle joue un rôle très important dans la constitution de l’épargne car elle modifie la richesse des agents:
son actions peut-être appréhendée au plan des encaisses réelles.
C/ le taux d'intérêt
Pour les économistes néoclassiques le taux d'intérêt détermine les arbitrages intemporels. Une hausse devrait stimuler l'effort d'épargne, meilleure rémunération, mais également permettre de recevoir un revenu équivalent pour un effort d'épargne plus faible. Il y a donc a priori incertitude sur le résultat. Cependant, de nombreuses études on ont montré que des taux d'intérêt élevé, en décourageant l'investissement notamment immobilier, on finalement un effet dépressif sur l’épargne.

D/ les anticipations des individus
Une situation économique et sociale incertaine ou, du moins, perçu comme tel, a des effets complexes dans la mesure well stimule l'épargne de précaution mais décourage l'épargne placement.


2/ les déterminants de l'épargne à long terme

A/ La fiscalité
Elle influence doublement épargne en modifiant le revenu disponible et le rendement des emplois de l'épargne. Elle agit davantage sur la structure des placements que sur le niveau de l’épargne.

B/ La démographie:
Selon la théorie des cycles de vie, les ménages accumulent durant leur vie active pour désépargner pendant la retraite. Ainsi, le facteur de vieillissement de la population devrait provoquer une diminution du taux d’épargne des ménages, puisque les personnes âgées désépargnent.

-  C/ La politique de protection sociale
La création des régime de protection sociale après la seconde guerre mondiale en France comprenait le financement des retraites. Il s’agit alors d’une épargne de précaution forcée.
La diversité des régimes de protection sociale rend difficile les comparaisons internationales des taux d’épargne (exemple de la Chine qui a un taux d’épargne important mais une faible organisation des retraites).

D/ Le solde public et les prélèvements obligatoires
théorème d’équivalence ricardienne: « il y a équivalence entre l’augmentation de la dette publique aujourd’hui et l’augmentation des impôts requise demain pour le remboursement de cette dette et le paiement des intérêts.
une diminution des prélèvements obligatoires provoque une augmentation du taux d’épargne, les ménages anticipant que l’Etat devra s’endetter pour financer une telle mesure à dépenses publiques inchangées.

conclusion:
Nous avons ainsi pu identifier les déterminants de l’épargne qui relèvent aussi bien des politiques publiques que des différents acteurs économiques.
taux d’épargne des ménages en 2013: 15,1% (INSEE)
on peux se demander alors si il existe un niveau optimal d’épargne?

Sandra GHERBI BAHIA
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum